Press "Enter" to skip to content

Sentir, écrire et dire [résidence CLEA Porte-du-Hainaut]

De janvier à avril 2023, je serai en résidence-mission sur le territoire de la Porte du Hainaut, dans le cadre d’un CLEA tout au long de la vie, financé par la CAPH et accompagné par l’association Le printemps culturel.

Je vais intervenir dans des crèches, des écoles, des médiathèques, des collèges, des lycées, des associations à vocation sociale… Je serai là pour partager mon expérience. Pour lire (et faire lire), faire surgir l’écrit de l’espace, mettre en voix, questionner. On trouvera sur cette page quelques créations réalisées par et avec les usagers du territoire rencontrés au cours de cette résidence.


Descendre en soi pour s’élever par l’écriture (article)

Le Journal du Printemps, édité par Le printemps culturel, vient de faire paraître son 80e numéro. On y trouve un long article que j’ai consacré à ma pratique de l’accompagnement de l’écriture. J’y convoque l’image de la descente en soi, dans nos zones les plus profondes, pour y cueillir les mots gelés, qui nous attendent.

L’article est également publié sur mon site : sur cette page.


La pluie sort des nuages (création sonore)

Je suis intervenu au sein de la classe de CP/CE1 de l’école Victor Hugo, située à Hordain. Nous devions aller dehors pour écrire mais ce jour-là il pleuvait. Chaque élève a choisi une fenêtre de l’école et a écrit ce qu’il voyait, entendait, ressentait… Pour paraphraser Jean Tardieu, on s’est posé la question : « Étant donné (une fenêtre) que se passe-t-il derrière ? ».On a ensuite composé un poème collectif. Chaque élève a enregistré une phrase. On a fait de la pluie à la bouche. Et le vent. Et j’ai mixé tout ça.


C’est quoi ça ? (création sonore)

Je suis intervenu au sein de la crèche « Rigolo comme la vie », située à Wallers, pour capter les sons, les bruits, les cris, qui peuplent et animent le lieu. Dans cette boîte à musique, on trouve : des crocrocos, des jeux en bois (qui invitent à travailler le bois), des ah, des oh, des petits ouin (et des bien gros), des pâtes à la tomate, des borborygmes, des patatras… et voilà !


« Votre voix va résonner longtemps dans cette maison »

Je suis intervenu à plusieurs reprises au domicile de personnes isolées et âgées de la commune de Raismes, dans le cadre de ma résidence-mission. A chaque rencontre, je lis le récit d’une balade extrait de mon recueil « Au vert au vent dans l’instant« , édité par La Chouette Imprévue. Pendant la lecture, j’observe le langage du corps. Mouvements des mains, relâchement du cou, yeux qui balayent. Après la lecture, je referme le livre comme si je n’avais plus de mots. Je fais silence. Et la personne en face de moi me parle depuis l’écoute du poème. On continue à marcher dans la forêt, en bord de mer, en montagne… Les souvenirs et les sensations ressurgissent. Une dame me dit qu’elle a marché avec moi en forêt. Une autre me parle des champignons qu’elle aime observer et dessiner. Et il y a ce couple chez qui j’ai terminé ma journée. L’homme est malentendant. Je m’assois à sa gauche pour m’adresser à son oreille gauche, celle qui entend le mieux. Il me raconte à voix haute sa vie, ses misères, ses poumons pleins d’amiante, ses choix d’homme libre, ses fiertés (il a remonté lui-même une maison en bois cédée par les Houillères du Nord)… Je réussis à glisser une lecture « au coin du feu », à voix forte, entre deux flots. Et il reprend derechef la parole de sa vie. Il m’en abreuve. Je le laisse parler. En les écoutant parler « à côté » du poème, j’ai l’impression que ni l’une ni l’autre ne l’ont rencontré. Sur le seuil de la porte, l’homme me lance droit dans les yeux : « Votre voix va raisonner longtemps dans cette maison ». Je suis séché sur place, bouleversé par ces mots. Je crois que quelque chose, finalement, s’est passé, a passé. Ma voix et quelques mots. Quelque chose restera. Et cet homme-là a osé me le confier, au moment du départ. Comme s’il avait voulu, sciemment, me toucher après que mes mots l’aient touché. Je l’ai reçue comme ça cette phrase. Et elle résonne encore.

Julien Bucci, le 24/01/2023